Quel couple de Solvaysien êtes-vous ?

Caducée – Q1 2012-2013

Et comment finirez-vous ?

L’été touche à sa fin, le printemps est bel et bien enterré et nous voilà soudain en plein hiver[1]. C’est bien connu, le solvaysien n’a de point commun avec le reste des mortels qu’une chose : l’hiver venu, il aime bien avoir quelqu’un sous sa couette pour réchauffer son lit.

Plus fourmis que cigale, tu as sans doute déjà prévu le coup, cher lecteur et après une période plus ou moins longue d’incubation, c’est bon, tu as choppé ta moitié pour l’hiver… voire plus.

Alors dis-moi, lecteur, à quel couple appartiens-tu ? Et surtout, comment finirez-vous ?

1. En cours, vous vous asseyez…

A. Avec nos copains, parfois ensemble, mais quand on y va, on est attentifs !

B. On va pas trop trop en cours…

C. A côté, collés-serrés et puis comme ça on partage nos notes !

D. Pas dans le même auditoire…

E. Ben avec mes potes !

2. Votre dernière session…

A. Elle s’est vraiment bien passée pour nous deux, comme toujours !

B. En août, comme les vrais !

C. L’un de nous a fini en juin, l’autre en août.

D. On a fini à dix jours d’intervalle, pas évident de travailler quand l’autre fait la fête, d’ailleurs !

E. Comme d’habitude, j’ai bien bossé !

3. Dans la journée, vous vous voyez…

A.  Comme on va presque à tous les cours, on se voit beaucoup ! Et puis on se fait des séances révisions, le soir !

B. Au TD.

C. Avant, pendant, après les cours, on est toujours fourrés ensemble, on se motive !

D. Entre les cours, si on est dans le même bâtiment.

E. Pardon, voir qui ça ?

4. Depuis combien de temps êtes-vous ensemble ?

A. Depuis bientôt un an ! Plus tard, on va se marier, c’est sûr !

B. Depuis la première, on a fait notre baptême ensemble !

C. Depuis la première, on s’entraide vachement !

D. Depuis la deuxième année, la dernière qu’on a eue en commun !

E. Avec qui ça ?

5. Comment ça se passe, pendant le blocus ?

A. On se voit pas trop, on a trop de boulot pour se laisser distraire !

B. C’est de la folie le blocus, donc on se voit comme on peut, comme on a pas mal de cours à rattraper !

C. On travaille ensemble, évidemment !

D. Comme on a pas du tous les mêmes examens, ça dépend d’une année à l’autre.

E. Bah je travaille seul ou en bibli avec des potes, pourquoi ?

6. Comment s’organise la prise de notes ?

A.  Chacun les siennes et puis on complète avec celles de l’autre !

B. On s’échange les résumés qu’on a piqués aux uns et aux autres, pas le temps de lire les syllabi !

C. Je prends bien note et puis il / elle m’explique, ou l’inverse !

D. Chacun de son côté, forcément, avec des cours différents !

E. Je suis nul en prise de note alors je prends celles des autres.

7. Vous aimez les kiwis ?

A.  On adore ça ! On en mange tous les dimanches matins !

B. Késséssa ?

C. On préfère le poisson, ça rend intelligent, il paraît.

D. La réponse D

E. Il dit qu’il voit pas le rapport

Une majorité de A : Les Têtes de promo

Qui êtes-vous ? Bien sous tous rapports, vous êtes l’image de la réussite, vos belles-mères respectives ne tarissent plus d’éloges à votre sujet et vous réussissez tout ce que vous entreprenez. Vous planez très haut au dessus des préoccupations de la masse et n’avez pas les mêmes valeurs (votre 16 en CdG a fait pleurer votre père, qui attendait mieux de votre part). Vous vivez votre amour à la manière de deux inadaptés sociaux – cinq minutes toutes les deux heures d’étude – et c’est au fond le plus touchant chez vous : votre candeur amoureuse.

Comment finirez-vous ? J’ai l’honneur de vous annoncer que vous finirez mariés. Engagés chez McKinsey en fin de quatrième, vous vous épouserez en grandes pompes un an après le diplôme, mettrez un enfant en route deux ans plus tard et mènerez votre vie conjugale comme votre carrière : brillamment.

Madame laissera cependant tomber ses rêves de gloire pour s’occuper de la marmaille et ce sera le début de la fin : vous finirez aigris, à faire chambres à part, sauf une fois l’an : pour fêter votre anniversaire de rencontre, à cette époque bénie où tout allait si bien.

 Une majorité de B : Les Guindailleurs

Qui êtes-vous ? Vous vous êtes rencontrés en première année, avez perdu votre innocence ensemble sur les pelouses – vous vous êtes carwashés, ça a signé le début de votre belle histoire ! – et vivez désormais une vie au rythme enlevé, entre TDs, TPs et MSTs (bifflez la mention inexacte). Le seul mystère de votre existence reste le suivant : qui choisiriez-vous de sauver : la bière ou votre moitié ?

Comment finirez-vous ? J’ai tellement fait la blague de la cirrhose qu’elle n’en est même plus vaguement drôle, je vais donc faire un effort. Ne croyez pas que les choses finiront mieux pour autant : l’un de vous finira forcément écrasé par un camion, vers  quatre heures du matin, sur un pont (vous savez duquel je parle, ne faites pas semblant !).

Une majorité de C : Tire-moi vers le haut pendant que je te tire

Qui êtes-vous ? Vous êtes globalement jeunes (l’un de vous a doublé sa première), raisonnablement beaux (vous êtes à Solvay après tout) et vous formez un tandem de choc. Non, je déconne. L’un d’entre vous est une tête mais malheureusement pour elle/lui, il est tombé amoureux de l’autre et a donc décidé de faire la BA de sa vie en la/le coachant tout au long de ses études (ça lui a coûté la grande dis’ l’an passé) moyennant services sexuels.

Comment finirez-vous ? La moitié au QI développé finira par quitter l’autre, lassée de devoir encore, plusieurs années après, préciser la différence entre une dette à un an au plus et une dette à plus d’un an. L’autre moitié finira seule et mal aimée, tandis que la première signera la fin de son master avec la plus grande dis.

Sinon, vous reporter à la rubrique « relation longue distance ».

Une majorité de D : Relation longue distance

Qui êtes-vous ? Vous vous êtes aimés dès le premier regard. Entre vous, c’est pour toujours, c’est écrit, vous avez déjà trouvé les prénoms des enfants et d’ailleurs, vous avez aussi choisi le papier peint de votre future maison à Lasne.

Quand soudain, le drame. L’un d’entre vous a doublé / changé d’orientation. Alors voilà, au début, vous vous dites que sciences-éco / psycho c’est pas si loin[2] et que votre amour est plus fort qu’une année d’écart, pas vrai ?

Comment finirez-vous ? Et bien non, les relations longues distances ne marchent jamais et votre moitié sera très vite trop occupée à jouer avec ses petits camarades pour se préoccuper de vous et puis d’ailleurs, vous n’en aurez plus rien à faire puisque depuis que vous aurez rejoint le prolétariat, vous vous sentirez pousser des sentiments trotskistes et militerez pour un monde plus juste.

Dix ans plus tard, votre passade honteuse avec un prolétaire / un sale capitaliste ne sera plus qu’un mauvais souvenir et heureusement d’ailleurs.

 Une majorité de E : Forever alone

Qui es-tu ? Eternel esseulé de ton auditoire, tu traines, l’âme en peine et la pine en berne[3],  espérant trouver un jour chaussure à ton pied. Sans trop de succès, visiblement.

Comment finiras-tu ? Je ne vois pas très bien comment ton cas pourrait être pire, je vais donc me taire.

Je tiens à adresser mes remerciements les plus sincères aux INGE4 dont le degré de copulation très élevé au cours des années précédentes a fortement contribué à la rédaction de cet article.


[1] C’est bien connu, y a plus de saison ma bonne dame, l’automne n’existe plus !

[2] Ne t’énerve pas lecteur, je suis dans ton cas, sauf que j’ai été chercher en philo, parce qu’en psycho y a que des gonzesses et des pédés.

[3] Oui, j’ai honte.

N'hésitez pas à me donner votre avis, cela me fait très plaisir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s