Deux

Deux

Elles étaient deux. Sur la plage déserte, immobiles.

Le vent soufflait, mordant, fouettant. Le ciel était gris, silencieux, la mer grondait, en colère. La plage semblait avoir décidé qu’il était l’heure de sonner la fin du monde.

Elles étaient là, deux, mordues et fouettées, silencieuses. Peut être en colère, aussi.

Seuls leurs cheveux semblaient vivants, dansant sans fin, emportés et ramenés par les bourrasques en une sarabande presque maléfique. L’une était blonde, ses cheveux longs se fondaient dans le ciel et se découpaient sur la mer, tache claire. La seconde était son contraire, des cheveux sombres, des yeux identiques. Aucune ne parlait, le silence semblait se suffire à lui même et les satisfaire, il jouait entre elles, variant ses notes immobiles et mouvantes, dansant autour d’elles, fondant sur elle, collant dans leurs cheveux, s’attachant à leurs lèvres. Cela ne semblait pas les déranger.

Elles se comprenaient ainsi, c’était suffisant à leur dialogue. Le vent se tut, soudain, comme si la plage elle-même avait compris que ces deux jeunes filles avaient des choses à dire. Elles ignorèrent le signal, poursuivant leur dialogue muet, quelques instants encore. Juste quelques minutes pendant lesquelles elles ne seraient pas obligées de se parler autrement, juste quelques secondes pendant lesquelles elles seraient encore libres d’êtres amies sans bruit, d’être insouciantes sans réfléchir plus avant. Juste quelques temps bien clairs malgré ce qui devrait suivre.

Elles se connaissaient depuis cinq ans à présent, leur amitié avait été étrange, liée par diverse choses, la passion de l’écriture, l’envie d’être autre chose que ce qui leur était permis, l’admiration mutuelle, peut être… Elles s’étaient rencontrées de manière plutôt banale, entrées en première dans la même classe. Si elles ne s’étaient pas, de prime abord entendues à la perfection, elles s’étaient rapidement disputées et enfin rapprochées pour ne plus se quitter. Pas meilleures amies, pas compléments l’une de l’autre, pas connaissances, simplement amies. Restées soudées malgré la séparation et les amis différents. Juste amies, pas beaucoup plus, mais cela leur suffisait il me semble.

La plus jeune rompit le silence, un sourire passé sur les lèvres.

– Tu te souviens… Ca me saoule, ce truc…

La seconde, de six mois son aînée sourit, complétant la phrase, comme un appel.

– …Mais j’aimerais bien que ça me saoule !

Le sourire de la blonde s’éclaira, la brunette traça des formes sans but dans le sable, formes qui s’envolaient immédiatement, comme vouées à l’échec.

– C’étaient les débuts.

L’autre ne répondit rien.

Un homme passa sur la digue, il regarda ces deux silhouettes qui se détachaient sur la plage, incapable de comprendre ce que cela chamboulait dans son cœur. Il se sentit étrangement ému, une larme roula sur sa joue. Deux jeunes filles qui lui semblaient si différentes et si proches… Il secoua la tête et passa son chemin.

Le silence avait repris son droit, n’autorisant aucune des deux à s’expliquer clairement.

Les remous avaient commencé quelques mois plus tôt, ils n’avaient jamais cessés de gronder sous la surface, perfides, silencieux, prêts à bondir pour tout briser. Ils avaient tenté de percer maintes fois, sans jamais réussir à casser ce qui avait été construit au fil du temps et qui apparaissait à présent comme une évidence. Elles étaient amies. Pour toujours. Pour le meilleur comme pour le pire.

Dommage.

Tant mieux.

Ça leur apprendra, à ces jeunes à se mettre à nu avec des inconnus, à s’attacher sans raison. Elles souffriront et ça sera bien fait pour leur gueule, ça forge le caractère.

Marche ou crève ? Chez nous on appelait ça la loi du plus fort, ici, c’est la loi du cœur.

N'hésitez pas à me donner votre avis, cela me fait très plaisir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s